get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

ACTU NEWS : FRAIS DE TENUE DE COMPTE : +14% en 2013 !

frais bancaires

 

Dire que certains s’inquiètent d’une éventuelle déflation en France voire en Europe. Avec les tarifs bancaires, aucun risque de déflation, ce serait même plutôt l’inverse.

L’Observatoire des Tarifs Bancaires pointe ainsi une augmentation de +14% des frais de tenue de compte pour 2013. Au total, en 4 ans, ces mêmes frais auront donc progressé de 99% !

Au fil des 68000 tarifs ( !) recensés par l’Observatoire, on relève avec intérêt :
puce fcb La généralisation des frais de retraits déplacés. En clair, il faut désormais payer si on veut faire un retrait dans un DAB concurrent de sa banque.
puce fcb De fortes disparités régionales dans le coût de services bancaires. Mieux vaut habiter l’Ile de France que le massif central si on veut minimiser ses coûts bancaires.
puce fcb Des écarts surprenants à l’intérieur d’un même groupe bancaire.
Dans ce contexte général, la seule bonne nouvelle est l’entrée en vigueur, depuis le 1er octobre, des dispositions de l’article 52 de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires du 27 juillet 2013.


Avec cette loi, certains publics se verront mieux protéger et leurs frais bancaires, pour un panel défini de services de base, seront plafonnés à 3 € par mois.
Dans ce panel de services, on retrouve notamment une carte à autorisation systématique, 4 virements mensuels, la possibilité de consulter son compte à distance avec un système d’alerte sur le solde du compte. Pas de chéquiers ou de carte à débit différé dans ce lot de produits bancaires. Notons également que les fameuses commissions d’intervention subissent elles aussi un rabotage sous la forme d’un plafond de 20 euros par mois.


Toutefois, « le diable étant dans les détails », selon la formule consacrée, la loi a omis, ce qui est fâcheux, de définir ce qu’est une « personne fragile » au plan financier. L’importance de ce public peut varier sensiblement selon que l’on inclut ou non :
puce fcb Les interdits bancaires,
puce fcb Les personnes en état de surendettement,
puce fcb Les personnes fichées pour incidents de crédit ou sur cartes bancaires.
Liste hélas non limitative.


Sur la base des seuls interdits bancaires, ce serait plus de 2 millions de personnes qui pourraient être concernées.


En théorie, les banques se doivent d’identifier ces différents publics. Mais, dans le passé, on a pu voir qu’au minimum, elles trainaient des pieds pour appliquer ce type d’obligations. Joueront-elles cette fois le jeu ? Affaire à suivre.

ACTU NEWS : AU SECOURS, MONEO REVIENT !
COIN CHAUD : PLACEMENTS CARDIF : QUAND LE CARROSSE...