get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

TEST CONSO : LES AGREGATEURS DE COMPTE

agregateur compte

 

Agrégateur de compte vous avez dit ? Kezaco ? A peine un français sur quatre connait le concept et dans ceux qui le connaissent 45% se déclarent « intéressés » selon une enquête réalisée par Deloitte Conseil et Harris Interactive.

Autant dire que dans les prochains temps vous aurez du mal à passer à côté de ce nouveau service. Alors, ultime gadget du « geeker » branché ou réelle utilité ? On a mené pour vous l’enquête.

 

Les agrégateurs de compte sont des outils informatiques sous forme de programmes téléchargeables vous permettant d’avoir une vue « consolidée » de l’ensemble de vos comptes bancaires y compris votre compte « PayPal » ou votre compte de « bitcoins ». Une fois un de ces programmes téléchargés, vous verrez sur l’écran de votre téléphone portable ou de votre tablette, l’ensemble de vos comptes avec pour chacun d’eux le détail des opérations effectuées sur la période considérée.

 

En France, ce sont 2 « FinTechs »* qui ont initié le mouvement et qui ont lancé respectivement, « Linxo » et « Bankin » profitant en cela d’une nouvelle directive européenne dite « DPS 2 » du 8 octobre 2015 qui oblige les banques à mettre à disposition de certains intermédiaires agréés les informations nécessaires à la consultation des comptes bancaires.

 

Dans leurs versions basiques, on est surpris par la facilité de prise en mains et de paramétrage, paramétrage qui se limite dans un 1er temps à rentrer les codes, une fois pour toutes, de ses comptes bancaires respectifs. C’est simple et sans fioritures. Pratique, on peut paramétrer certaines notifications sous forme d’alertes mails concernant tout type de mouvement sur le compte. En sus de ces alertes et consultations, l’idée générale est de donner une vision « budgétaire » de ses recettes et dépenses afin de pouvoir anticiper un éventuel découvert.


Disons-le tout net, l’aspect « anticipation » et prévision nous a laissés sceptiques ; le suivi budgétaire est plaisant et les dépenses ou recettes faciles à « catégoriser » mais relève la aussi de l’anecdote.


Plus fondamentalement, pour tous ceux qui sont multi bancarisés, soit environ 25% de nos concitoyens, de telles applications impliquent un réel gain de temps ; au lieu d’ouvrir x fois, les applications des banques concernées, on a une seule interface avec un code type « pin » très facile à mémoriser. On a un vrai gain de temps sans se prendre la tête à retenir des mots de passe invraisemblables.


Sur le plan de la sécurité qui semble faire débat, nous, on a retenu qu’il était plus sur de consulter « Linxo » ou « Bankin » que l’application de la banque X.

 

En effet, nos agrégateurs – en tout cas pour l’instant – ne fonctionnent qu’en mode « lecture », impossible d’initier un virement à partir de ces derniers. Une limite certes, mais aussi une sécurité par rapport aux applications bancaires habituelles.

 

Enfin, dernier point, la version gratuite de ces intégrateurs fournissant l’essentiel, inutile de payer pour des fonctionnalités supplémentaires qui apparaissent assez superflues.

 

(*) Littéralement : financières technologiques, un terme qui regroupe un ensemble d’intervenants de type « para bancaire ».
BANQUES : VOTRE VIE PRIVEE LEUR APPARTIENT !
EMPRUNTS A TAUX VARIABLES : VOTRE BANQUIER VOUS DO...