get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

TEST DU MOIS : La banque en ligne pourquoi pas ?

banque en ligne

 

Marre de payer des commissions pharaoniques ? Ras le bol des banques qu'on ne peut pas joindre ? Ou tout simplement la « flemme » de devoir se déplacer à votre agence.
Si c'est le cas, la « banque en ligne » est peut-être la formule adaptée à votre cas.

En effet, avec la crise, les banques en ligne qui ont longtemps végété à des niveaux insignifiants de parts de marché (environ 2%) semblent depuis quelque temps crever tous les plafonds : 25% des ouvertures de compte seraient faites « en ligne » et à leur profit !


Il faut dire que les banques classiques se comportant de plus en plus comme des banques en lignes, l’original vaut mieux que la copie. Car je ne sais pas si vous l’avez remarqué, les banques ont fait le maximum ces dernières années pour que vous ne veniez plus en agence. Fini les guichets « multi comptoirs », un seul guichet et vous faites la queue ! Votre conseiller ? Ne vous liez pas à lui, ce ne sera plus le même à la fin de l’année, au total, dans le meilleur des cas, vous l’aurez vu une à deux fois.


Enfin, avec l’internet qui touche désormais plus de 80% de la population, gérez ses finances en ligne ne pose plus de problème insurmontable à une majorité d’entre vous.


Quelle banque en ligne ?

Si je puis dire, il y a banque en ligne et banque en ligne, les premières, assez élitistes, visent le client « haut de gamme », et à moins d’avoir un portefeuille boursier conséquent (ou ce qu’il en reste avec un CAC 40 qui est passé de 7000 à 4400), et au moins 3500 € de revenus par mois, vous n’avez guère de chance de les intéresser.
Je jette donc mon dévolu sur ING direct. Le « ticket d’entrée », faire un dépôt d’au moins 750 € est dans mes (faibles) moyens. J’y vais et ce faisant, je rejoins les quelques 900 000 clients de la banque en France.

Ouverture et fonctionnement.

Si tout est en ligne au niveau des documents, ceux-ci, pour des raisons réglementaires et légales doivent cependant être transmis « à l’ancienne », par la poste, avec justificatif de domicile, d’identité et de revenus à l’appui. La France, ce n’est pas les Bahamas !


Un bon point pour la convention d’ouverture de compte ; un peu plus d’une page sans « blabla » superflu, convention qui m’accorde un découvert royal de ... 200.00 € mais avec une carte « gold » avec débit immédiat. Décidément, rien ne saurait être parfait en ce bas monde.


Comptez environ 8 jours pour l’ouverture effective du compte, ouverture qui ne sera validée qu’à la remise d’un 1er versement d’au moins 750 €. De la même manière, pour activer votre carte « gold », il vous faudra faire un 1er retrait.


Muni des codes d’accès, je me connecte à la plateforme de gestion. Bonne nouvelle, le numéro client est mémorisable sans que cela nuise à la sécurité d’ensemble car en plus du numéro client, il vous sera demandé votre date de naissance et un code à 6 chiffres défini par vos soins.


La plateforme en elle-même est agréable et ne fait pas « fouillis » comme dans d’autres banques. Les menus sont clairs et j’ai même réussi à mettre en place sans difficultés particulières un virement permanent externe pour payer mon loyer.


Une mention particulière pour la gestion des « alertes » simple et efficace. J’ai pu mettre en place, dans mon cas, une alerte « sms » m’informant des débits supérieurs à 100 €, une autre pour me donner mon solde de compte toutes les semaines et une dernière concernant les remises en banque (chèques par exemple).


Petit bonus, les remises de chèques se font en « franchise postale », vous n’avez donc pas besoin d’affranchir vos envois. Pour les parisiens, vous pouvez déposer vos chèques ou autres courriers directement à l’unique agence de la banque située dans le quartier de l’Opéra.


Jusqu’ici, aucun regret par rapport à mon ancienne banque (LCL) où je viens de clôturer mes comptes.


A l’usage, les choses se gâtent toutefois (notamment dans mon cas à partir du 20 de chaque mois) car avec un découvert ridicule, une carte à débit immédiat, ça coince sévèrement au plan financier. A 2 reprises, je suis fort penaud de constater que mes achats sont refusés pour des montants de moins de 30 euros !


Après 3 mois de fonctionnement et quelques hurlements plus tard, le service commercial augmente mon découvert à ... 500.00 €. Des radins, je vous dis !


Consolation, mis à part 5€ de frais d’envoi d’un chéquier (seul l’envoi en recommandé est payant, l’envoi simple est gratuit), je ne paie plus un centime de commissions bancaires. Et, ça fait un bien fou.

 

Et les conseillers ?

La banque en ligne a aussi ses conseillers... en ligne. Pas facile à joindre non pas que leur disponibilité soit en cause, mais par suite de menus téléphoniques (faites le « 1 », sinon le « 2 »...) dont j’ai du mal à percer la trame organisatrice.


Le bilan global est moyen, pas plus de compétence qu’au niveau des banques classiques. Certaines réponses font dans l’a peu prés. Au moins de ce côté, je ne suis pas dépaysé. Mais tout de même un peu déçu. Si on comprend que du côté des banques à réseau, il est difficile de mettre de la compétence « partout », on pourrait s’attendre à mieux dans le cadre de banques en ligne où les conseillers sont par nature, moins nombreux car « centralisés ».

 

L’heure du bilan

Disons-le tout net, cette formule de banque en ligne ne conviendra pas à tout le monde et notamment à tous ceux, soit 30 à 40% de nos concitoyens, qui ont du mal à finir leurs fins de mois. L’absence de carte à débit différé et un découvert ridicule seront pour les personnes mentionnées autant de difficultés (quasi) insurmontables.
Pour les autres, la formule est à considérer tant par sa facilité d’usage que par le jeu des économies réalisées soit en moyenne entre 250 et 500 € par an ce qui n’est pas négligeable.

 

Les points +

Zéro frais, pour une fois, c’est vrai !
Plateforme informatique simple et conviviale,
Gestion des alertes.

 

Les points –

Découvert ridicule,
Carte à débit différé,
Conseils approximatifs.

ACTU NEWS : « Plus d’un client sur deux n’a pas co...